Julien Esquié Julien Esquié 11 janvier 14:29

@Christian Labrune

Quand la base d’un mouvement est une émotion ou un sentiment - la colère ou l’ « indignation », pour citer un con authentique - et que tout cela se produit au sein des mouvements d’une foule hétéroclite, inorganisé, confuse - la violence est tout à fait inévitable. Si tant est qu’une amélioration soudaine des conditions d’existence du plus grand nombre soit possible, elle ne se produira que sur une seule base : l’exercice de la raison. Nous en sommes très loin.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe