sylvain 9 janvier 19:30

Normalement la police réserve ce genre de traitement aux actions auxquelles le quidam devant sa télé ne va pas s’identifier . Pour les fauchages d’OGM, les ZAD... c’est comme ca depuis longtemps

Les grenades de désencerclement toujours en tirs tendus, les flashball dans la gueule... Ce qui change c’est que là c’est le « francais moyen » qui se les prends 

Ca veut aussi dire qu’ils vont faire tout ce qu’ils peuvent pour que les GJ ne soient plus considérés par les autres comme des citoyens normaux, comme eux quoi

La première action que j’ai faite, c’était un fauchage d’OGM, j’ai été sidéré par la violence, le déséquilibre du rapport de force mais surtout par les médias .

Après la manif, on a mis la radio pour voir ce qu’ils en disaient ( y’avait des tas de caméras, journalistes) . On se disait qu’ils allaient défoncer le préfet, on avait 60 personnes à l’hopital alors qu’on avait même pas passés les grilles protégeant le champs . Quand le sujet est arrivé dans le journal, au début on s’est tous dis « tiens y’a eu un autre fauchage », comme c’était quand même bizarre, on a vérifié les noms et c’était nous !! La voix habituelle, posée et sensuelle, tentative de fauchage, 2 blessés chez les manifestants, 2 chez les forces de l’ordre . Les CRS étaient derrière des grilles, on a pas pu les passer, tous les journalistes étaient là, ils l’avaient tous vu ! Ils avaient vu des tas de gens partir avec le pied ou la gueule littéralement défoncés

On a appris qu’un CRS s’était pété la cheville en sautant du camion, qu’un de leurs chiens était mort des lacrymos, l’autre on a jamais su

J’avais 20 piges et je me suis vraiment senti trahi, je leur faisait confiance sans m’en être vraiment rendu compte . Je m’attendais à ce qu’ils décrivent la réalité au mieux . Un journaliste a voulu me poser des questions pas longtemps après, je lui ai balancé mon verre de vin dans la gueule . Il était outré, il comprenait pas...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe