Professeur Chems Chitour 11 janvier 17:09

A Spartacus

Je vous laisse l’économie de marché avec les joyeusetés dont sont en train d’en souffrir ceux qui suent sang et eau pour boucler des fins de mois difficiles . A vous lire vous n’avez aucun atome crochus avec les gilets jaunes.

Pour le reste vous vous disculpez de la colonisation en Algérie. Sachez qu’à l’indépendance, il y avait à peine 5% de scolarisés, Il n’y avait aucun diplômés dans les sciences exactes la technologie si ce n’est dans les sciences « molles » qui sont inoffensifs en tout cas qui n’aideront pas un pays à démarrer. Au delà de la rapine au delà des millions de morts de l’aventure coloniale de la France en Algérie, le plus grand reproche est celui d’avoir refusé d’éduquer les Algériennes et les Algériens

Ceci est pour l’histoire Ceci étant dit La France est toujours présente en Algérie 9 milliards de $/an pour supporter l’industrie et surtout l’agriculture française . Cela me rappelle il y a deux ans un élu des Alpes Cotes d’Azur demande à son gouvernement d’obliger les l’Algérie à continuer à acheter pour 100 millions de dollars de pommes pour soutenir les producteurs C’est dire si l’interdépendance est là . Chaque année la France aspire les meilleurs diplômés ( environ 5000) et de ce fait participe à la stérilisation des savoirs dans le pays. La France ne débourse pas un maravédis . Pour rappel selon les normes Unesco la formation d’un jeune avec un diplôme Bac +5 revient à environ 150.000 $ Faites le compte. de la dette de tout ceux qui font du body shopping

Bref vos arguments ne tiennent pas la route. l’Algérie peine à se déployer c’est un fait. La démocratie n’est pas encore assise ; Nous avons un problème avec l’alternance au pouvoir. Les femmes ont conquis leur droit et sont majoritaires dans la fonction publique dans l’enseignement ( éducation et enseignement supérieur) et dans le corps médical. Il y a 35 % de députés femme je crois deux fois plus qu’en France ; Ce n’est pas encore suffisant.

L’Algérie est un pays qui commence a se réconcilier avec son histoire. L’amazighité est gravée dans le marbre.de la constitution Nous fêtons aujourd’hui le jour de l’an amazigh (commun à toute l’Afrique du Nord) Nous sommes 42 millions d’habitants avec 1,7 million d’étudiants et 10 milllons dans le primaire moyen et secondaire Ce que nous vivons actuellement est une étape de transition. 

Nul doute que nous nous dirigeons vers un avenir où toutes les Algériennes et les Algériens  n’auraient aucune envie de migrer chez vous si ce n ’est en touriste pour aller contempler dans les musées de France et de Navarre tous les trésors des rapines de deux siècles au dépens des pays colonisés mais ceci est une autre histoire qui aura un jour son épilogue ... 

Prof. Chems Eddine Chitour


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe