jack mandon jack mandon 2 avril 2019 00:12

@Gollum

Comment as tu découvert Lupasco ?
A travers un article de A. Breton qui lui est consacré, j’ai extrait quelques passages

« L’affectivité ou l’être est comme accordé aux configurations existentielles du non-être logique, sans que nous puissions saisir, ni en tant que configuration logique, ni en tant qu’affectivité, la source et les raisons, le sens de cette donation réciproque. » (Lupasco, 1947, p. 203).

André Breton fut parmi les premiers à saisir l’importance de la philosophie de Lupasco pour la compréhension de l’art. « Il est aujourd’hui bien connu que le surréalisme ne s’est proposé rien tant que de faire franchir à l’esprit la barrière que lui opposent les antinomies de l’ordre action et rêve, raison et folie, sensation et représentation, etc., qui constituent l’obstacle majeur de la pensée occidentale. Dans son effort continu en ce sens, il n’a cessé d’évaluer les appuis qu’il trouvait dans la dialectique d’Héraclite et de Hegel (compte tenu récemment du correctif qu’y apportent les travaux de Stéphane Lupasco)…

Pour Lupasco, la conscience de la conscience est le privilège du poète, de l’artiste et de l’être en méditation : « C’est l’âme qui peint et sculpte, qui écrit les poésies et les romans et les lit, les pièces de théâtre et y assiste, pour psychiser l’univers et l’absorber en elle-même à travers les images et les concepts de sa puissance intérieure. C’est pourquoi, l’art est absent des âmes éteintes. » (Lupasco, 1979, p. 142).

 La mort serait-elle donc la porte étroite qui nous mène à une vie encore plus intense – celle de l’univers biologique et aussi vers un psychisme qui se dispense du cerveau et de ces neurones – celui de l’univers psychique ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe