Antenor Antenor 5 février 21:09

Le problème de la localisation des capitales (militaires, économiques, politiques, religieuses) gauloises dépasse le simple cadre de l’archéologie. Oui, il y a des vestiges notables au Mont-Beuvray mais leur interprétation n’a rien d’évidente.

Il n’y a aucune trace de Bibracte au Mont-Beuvray. La seule trace qu’on ait de Bibracte nous provient des textes de César et Strabon. L’archéologie a elle seule ne résout rien du tout. Si on ne tient compte que de l’archéologie Bibracte n’existe pas.

Le Mont-Beuvray comme Merdogne est un champ de fouilles idéal où les archéologues ne sont pas dérangés par l’urbanisme. On peut être sûr qu’on y effectuera des fouilles pendant encore des décennies, au prix de la vérité historique.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe