François Pignon François Pignon 9 février 09:14

Cette « démocratie représentative » était déjà une mascarade, mais elle se transforme en théâtre de boulevard !

Non seulement Arlequin et polichinelle continuent à se moquer de Pierrot, non seulement ils le font cocu tous les jours, mais en plus, ils changent de maître et choisissent toujours celui qui leur semble avoir le plus d’avenir.

Le public n’est pas très exigeant et en redemande à chaque élection. Ça devient du

candaulisme

.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe