Alex Alex 9 février 22:05

@oncle archibald « Masqué derrière une cagoule » : c’est bien ça qui me chiffonne...lorsque Il y a un flou, il y a un loup, et je ne peux m’empêcher de me demander qui se dissimule derrière cette cagoule...En vertu du fait que l’habit ne fait pas le moine, je me demande aussi pourquoi des forces de l’ordre en civil sortent d’une camionnette estampillée « police », revêtent un gilet jaune et se mêlent à la foule équipée d’instruments contondants, comme en témoignent diverses vidéos prises sur le vif et difficilement bidouillables et l’un de mes amis qui l’a vu faire. Précisons que cet ami est loin d’être du profil « GJ ». On est simplement en droit de se poser des questions, non ? Il y a aussi des mystères historiques qui persistent concernant le « mobilier urbain » comme qui a vraiment incendié le Reichstag en 1933, événement imputé aux Communistes et qui a été très favorable en tout cas à l’avènement des Nazis et leur arrivée au pouvoir  qui fut pour rappel « démocratique ». Concernant encore le mobilier urbain, je suis infiniment moins touchée par le moulage moche d’une victoire (et non Marianne) éborgnée que par la vingtaine d’être humains sans passé judiciaire qui ont été éborgnés eux aussi. C’est grave, docteur ? Encore une chose : les forces dites « de l’ordre » doivent-elle être au service du peuple qui les rémunère ou au pouvoir en place. Dans la première hypothèse, il convient de faire un petit sondage pour savoir à quelle proportion ce dit peuple est en faveur des actions des GJ et à quelle proportion il est en faveur des méthodes répressives actuellement mises en place, lesquelles pour rappel suscitent l’interrogation de nombreux pays européens démocratiques. On peut enfin se demander  il s’agit toujours de simples questions  dans quelle mesure il est judicieux de la part d’un gouvernement en place dans un pays démocratique et donneur de leçons en ce domaine de faire fi à des revendications qui ne semblent pas toutes fantaisistes et qui émanent d’une partie du peuple, d’adopter une politique de communication méprisante, de laisser pourrir la situation, d’utiliser des armes sublétales qui sont interdites dans beaucoup de pays européens, de signer des pactes et des conventions d’importance au nom de la République (et donc des Français) sans consultation ou même information claire au préalable  ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe