Trelawney Trelawney 15 février 2019 09:59

La classe moyenne supérieure n’existe plus !

Il serait grand temps de définir une politique sociale et économique en tenant compte de cette évidence.

Prenez l’exemple d’un médecin dans une ville de province comme Nantes Rennes, Bordeaux Montpellier (je fais exprès de prendre exemple sur ces villes, car imaginez ce que ça peut donner pour des villes comme Metz, Sedan, Limoge ou Valenciennes). Donc ce médecin travaille dans sa petite ville et gagne un salaire confortable qui le place dans ce que vous nommez la « classe moyenne supérieure ». Pendant ce temps des mégalopoles de plus d’un millions d’habitants (En France : Paris, Lyon, Lille et c’est tout) continuent de se développer économiquement en aspirant telles des pompes à fric toute l’économie de la région, puis aussi des régions voisines. Le médecin voit dans sa ville des usines disparaître, des grosses sociétés déménager leur siège et voit aussi (tout comme le commerçant et l’artisan du coin) son activité se réduire au rythme du départ forcé de ses patients.

Ce médecin ne fait plus parti de la "classe moyenne supérieure, mais de la catégorie des perdants. Pour essayer de maintenir son niveau de vie, il aura toujours le choix de déménager vers l’un des 3 pôles économiques français ou les autres mondiaux, mais sa vie ne sera pas plus enviable, car la vie dans ces mégalopoles est très chers.

Aujourd’hui, 80% de l’économie française tourne dans ces 3 pôles. Et quand on a un président adepte de la centralisation économique, il ne fera rien pour contrer ce phénomène, bien au contraire.

A partir de ce constat, discuter sur une justice fiscale tournée vers les soit disant détenteurs de richesses, n’a plus beaucoup de sens


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe