Julien S 11 février 17:53

Ceux qui rappellent le succès des luttes du XXe siècle sans lesquelles le patronat n’aurait rien lâché, font de l’histoire.

Il ne leur reste qu’à préciser que c’était au temps où nous étions deux ou trois milliards avec un gros potentiel de croissance, tandis qu’on est maintenant à huit milliards et qu’on chatouille le peak oil. 

Faîtes de beaux rêves. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe