njama njama 6 mars 14:38

Le Parlement n’est plus consulté sur les interventions de l’armée française (à l’étranger OPEX uniquement puisque il n’y a plus d’ États voisins ennemis), suite à la modification de l’article 35 de la Constitution par le Congrès de Versailles réuni le 21 juillet 2008 sur l’initiative du président Nicolas Sarkozy (également chef des armées).

Nicolas Sarkozy et les 539 députés et sénateurs (principalement UMP) réunis en Congrès de Versailles avaient voté cette réforme radicale, mais c’était avant l’agression contre la Libye, avant celle contre la Syrie.

Les seuls responsables sont donc les membres des gouvernements successifs depuis celui de Sarkozy, et pour ce qui est de la Syrie en premier lieu Alain Juppé alors ministre des affaires étrangères dans la suite de Bernard Kouchner.

Plus globalement ces agressions militaires successives contre l’Irak, puis la Libye, puis la Syrie, puis le Yémen ont révélé l’existence d’un État profond en Europe comme l’expliquait Roland Dumas ancien ministre des affaires étrangères qui avait en son temps été approché par les Anglais et savait qu’ils préparaient la guerre en Syrie pour Israël 2 ans avant la prétendue rébellion syrienne (1’34) https://www.youtube.com/watch?v=BH9SHxetO1I



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe