Christian Labrune Christian Labrune 22 mars 10:07

@L’Astronome

Qu’on s’émeuve de ce qui vient de se passer en Nouvelle-Zélande, c’est très bien, parce que c’est véritablement détestable.
Dans l’article, l’extrême droite est mise en accusation. Il est cependant à remarquer qu’on pouvait craindre en France, depuis les crimes de Montauban et de Toulouse, des exactions de cette mouvance dont on a connu les méthodes à l’époque de l’OAS. Il y aura bien eu des graffitis ici et là, mais aucun crime de sang. C’était heureux, et il ne faudrait pas que cela change.
J’apprenais hier soir avec consternation, après avoir écrit ici ma première intervention, que Vallaud Belkacem n’hésitait pas à rendre l’extrême droite française (que j’exècre et que je n’entends pas défendre !) du crime qui venait d’avoir lieu, exhibant sur sa page internet un certain nombre de couvertures de magazines (et pas seulement ceux de la droite extrême) jugées « islamophobes », ce qui est d’une connerie plus forte encore que tout ce qu’elle avait pu faire quand elle était ministre de l’instruction publique.
Rappelons-nous qu’après les attentats horribles de ces dernières années, le choeur des âmes vertueuses avait répété à l’envi : « pas d’amalgame ! ». Recommandation inutile : l’islam était mis en cause, et à juste titre, mais on n’a jamais considéré que le musulman ordinaire pouvait être complice des tueries qui venaient d’avoir lieu. Et voilà qu’on rend responsable d’un massacre à l’autre bout de la planète des journalistes qui n’ont fait que leur boulot en s’interrogeant sur une nature criminogène de l’islam qui est évidente pour quiconque a lu le Coran ! En matière « d’amalgame », on ne saurait faire mieux.
C’était déjà allé très loin dans la niaiserie masochiste allumeuse de bougies sur les scènes des crimes : un proche de l’une des victimes du Bataclan était allé jusqu’à s’écrier en direction des assassins : « vous n’aurez pas notre haine ! », bientôt imité par d’autres crétins décérébrés.
Qui songerait à exiger des proches de ces musulmans assassinés en Nouvelle-Zélande qu’ils ne haïssent pas un individu qui s’est retranché de l’humanité par ses crimes ? En pareil cas, la haine et la colère sont parfaitement légitimes, comme elles l’étaient après ces attentas en France qui sont trop nombreux pour que je puisse entreprendre de commencer à les rappeler sans avoir la certitude d’en oublier plusieurs.
Les assassinats terroristes, quelle que soit leur origine, sont totalement inexcusables. Il n’y a pas à leur trouver des justifications sociologiques. En pareil cas, il n’y a aucune circonstance atténuante à examiner, pas plus en Nouvelle-Zélande qu’à Toulouse, à Nice ou à Charlie Hebdo.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe