Laconique Laconique 27 mars 13:55

@Gollum

Gollum, cela fait pas mal de temps que nous nous croisons, et effectivement nos chemins ont divergé. Je comprends parfaitement votre position, je l’ai moi-même partagée pendant très longtemps. C’est la position que l’on retrouve dans la Bhagavad-Gîtâ, dans le Dhammapada bouddhiste, chez Lao-tseu et Tchouang-tseu, des auteurs que j’ai relus mille fois et pour lesquels j’ai une admiration infinie. C’est la position de l’homme naturel. J’ajouterais que c’est une position foncièrement contemplative. C’est aussi une position qui touche au solipsisme (Descartes), qui refuse l’altérité, d’où le grand Tout que vous mentionnez ici et là. En cela, c’est une position éminemment confortable : elle donne une haute opinion de soi, n’impose aucun effort, aucun contact avec autrui, et par la position de surplomb qu’elle offre elle permet de juger le monde avec beaucoup d’assurance, puisqu’on n’en fait plus partie. Cela va de pair avec un rejet radical du monde moderne, etc. Votre collègue Mélusine était à peu près sur le même créneau, ainsi que beaucoup de gens, souvent d’une grande qualité, que j’ai pu croiser sur le Net.


Votre position est beaucoup plus facile à défendre que la mienne parce qu’elle flatte les penchants fondamentaux que le monde moderne génère chez l’homme : auto-suffisance, haute estime de soi, sécurité, confort, plus l’aspiration métaphysique qui n’a jamais disparu. Ainsi, ce que vous reflétez avant tout, c’est ce que le monde moderne (et nullement votre Âtman) vous fait désirer et penser. D’ailleurs je crois savoir que vous avez une formation scientifique et technicienne, ce qui est parfaitement cohérent avec votre parcours.


Pour ma part, et même si cela a été très difficile, j’ai préféré ne pas refuser l’altérité, ni la réalité. Or, c’est la Bible qui offre à l’homme, non pas ce qu’il désire, contrairement à toutes les spiritualités et à tous les mouvements New Age, mais l’objectivité (la Bible est un livre historique) et la confrontation à l’altérité (Dieu est le Tout Autre, comme écrivait Karl Barth).


La seule question que je me pose est : « Qu’est-ce qui permet l’action ? » Votre voie contemplative est celle d’un homme qui vit à la campagne, sans nécessités financières aiguës, sans contacts fréquents avec ses semblables. C’est la vie que j’ai longtemps rêvé de mener. Mais il faut tenter de vivre, comme disait le poète, et j’ai choisi la voie qui permet l’action : « Vendez tout ce que vous avez, partez sur les routes, n’ayez pas peur des autres, etc. », disait le Christ. « Le Seigneur est mon berger, je ne crains personne, aucune armée au monde, et je ferai triompher ta Justice à la face des hommes », disait David. Je dois agir, et j’agis, et la parole de Dieu me permet d’agir, comme elle l’a fait pour des millions d’autres avant moi.


Voilà, j’ai vidé mon sac avec vous, cela montre que je vous estime, malgré l’impasse spirituelle (« Vous connaîtrez un arbre à ses fruits ») dans laquelle je pense que vous vous êtes enfermé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe