Chantecler Chantecler 19 avril 11:07

@Mohammed MADJOUR

Comment trouver son chemin entre mémoire et histoire ?

On a accepté l’adage prétendant que “Les peuples heureux n’ont pas d’histoire.” sans en évaluer les implications. Les peuples heureux n’auraient pas d’histoire parce qu’ils auraient un présent sans futur ni passé. De leur passé, ils pourraient faire table rase. Le bonheur du présent remplirait leur vie, le bonheur produirait un éternel présent. Les peuples heureux, baignant dans la fontaine de jouvence, bénéficieraient d’une éternelle jeunesse.

Or, le peuple algérien se réclame d’une longue histoire, une histoire violente. Si les peuples heureux sont sans histoire, la mémoire est-elle a contrario la preuve et la compagne du malheur ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe