Pascal L 26 avril 2019 14:53

@Bernard Mitjavile
« Que ton Règne vienne »
Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde nous disait Jésus. Nous attendons donc le règne de Dieu qui adviendra à la fin des temps. Il ne s’agit pas d’un régime politique, mais du salut pour toute l’humanité. Néanmoins, nous pouvons déjà demander que l’amour de Dieu rayonne sur le monde. Nous ne demandons pas à Dieu de nous faire faire mais de faire. Cet amour est un signe du royaume de Dieu à venir et nous pouvons déjà vivre dans cet amour par anticipation.
« Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel »
Jésus nous a laissé deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes » (Matthieu 22 37-40).
Faire la volonté de Dieu, c’est donc aimer Dieu et nos prochains et cet amour doit aller jusqu’à nos ennemis. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’agir en fonction de cet amour. L’action suit l’amour et ne la précède pas. D’ailleurs, nous ne pouvons acheter notre salut par nos actes. C’est ce que nous sommes qui fera que nous sommes sauvés et non ce que nous faisons. Ainsi, le bon larron crucifié à côté de Jésus n’avait rien fait qui puisse lui assurer le salut et c’était plutôt le contraire puisqu’il a reconnu avoir mérité sa condamnation. Mais il a été sauvé parce qu’il a reconnu l’innocence et l’amour de Jésus.
Dieu est tout puissant, il n’a pas besoin de nous pour agir. Quand nous demandons à Dieu que sa volonté soit faite, nous lui demandons de faire sa volonté, mais cette volonté n’est pas dans les livres. Nous devons remettre notre propre volonté à Dieu. Jésus parle à notre cœur et nos actions sont guidées par l’Esprit-Saint. Bien sûr que nous pouvons pratiquer la charité par amour, mais la première pauvreté est la pauvreté spirituelle. Elle engage notre vie pour l’éternité et non sur la durée de la vie terrestre.

« la passivité vis à vis du pouvoir de Satan sur terre montre une certaine incompréhension du message de l’évangile » La parabole du bon grain et de l’ivraie nous montre que nous ne pouvons détruire le mal et que cela sera fait le jour du retour de Jésus, la Parousie. D’ailleurs l’Esprit-Saint n’a jamais poussé qui que ce soit à combattre des personnes. Il peut par contre nous pousser à annoncer l’Evangile et donc à combattre Satan en épuisant ses ressources. Ce n’est que par la conversion des cœurs à Dieu que Satan recule. Satan possède tous les royaumes de la terre (Luc 4, 6), donc le pouvoir sur tous les hommes. Ce n’est qu’en se convertissant à Dieu que nous gagnons notre liberté.
Combattre la pauvreté matérielle peut également se faire par la conversion des cœurs. L’Esprit-Saint pourvoit aux besoins matériels de chacun quand on le prie. J’ai souvent constaté que les personnes qui lui faisaient confiance n’avaient aucun problèmes matériels. Tout ce qui est nécessaire à la vie arrive quand le besoin se fait sentir sans qu’il soit nécessaire de demander. Bien entendu, quand quelqu’un reçoit, il y a une autre personne qui est poussée par l’Esprit-Saint à donner. Il n’est pas possible de devenir riche par ce moyen, mais nous ne manquons de rien. « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? » (Matthieu 6, 26)

« et lie de façon aussi claire l’action envers le prochain sur terre, la générosité sur terre et l’au delà (tout ce que vous aurez lié sur terre sera lié dans les cieux...,amassez vous des trésors au ciel (en étant généreux sur terre) » Ce n’est clair que pour vous. Je vais paraître prétentieux, mais je ne pense pas que vous fassiez la bonne interprétation de l’Evangile de Matthieu. Vous faites un rapprochement de deux verset (Matthieu 18, 18 et Matthieu 6, 20) et vous ajoutez une interpolation sur Matthieu 6, 20 qui n’a pas lieu d’être. La phrase « en étant généreux sur terre » est de votre invention et ne sert qu’à orienter l’interprétation dans le sens que vous souhaitez. Ce verset n’est pas facile à interpréter, mais tout le monde peut trouver des sources sérieuses sur Internet.
Pour comprendre Matthieu 18, 18 il faut relire le verset presque identique de Matthieu 16, 19. Le verset 16, 18 précédent indique « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle ». Le contexte est bien l’instauration de l’Eglise et cette phrase montre que Pierre a autorité sur le salut des personnes. Les personnes sont liées par leur péché et déliées par le pardon. Au verset 18, 18 nos voyons un contexte semblable ou il est bien question des péchés des personnes et de la possibilité pour l’Eglise de les délier.
Pour le verset 6, 20, le verset précédent nous éclaire : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler » Les seuls trésors que nous pouvons amasser pour le ciel sont des trésors d’amour. La générosité que nous pouvons avoir sur terre est une conséquence de l’amour et ne sert pas en tant que tel pour le salut. Si vous aimez, vous aller forcément faire du bien à ceux que vous aimez.
L’enseignement de Jésus est beaucoup plus spirituel que l’interprétation que vous en faites. Je ne peux que vous encourager à rencontrer Jésus par vous-même en vous abandonnant à lui. Il vous donnera alors lui-même les clés du salut.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe