Eric F Eric F 2 mai 19:17

Intéressante présentation donnant un vaste panorama contextualisé. On peut certes considérer qu’il s’agit d’un « plaidoyer à décharge » (sans pour autant être une apologie), mais cela permet d’équilibrer le permanent « réquisitoire à charge » transmis par la presse occidentale et que résume Spartacus ci-dessus.
La synthèse me semble être qu’il y a deux causes au marasme vénézuélien : une part d’incurie des gouvernants locaux, et une part d’actions extérieures hostiles.

On voit se [re]constituer des « blocs d’influence » dans le monde comme ceux qui existaient jusqu’aux années 80. L’hostilité atlantiste en en train de pousser le Vénézuéla dans le bloc d’influence chinois.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe