JMBerniolles 2 mai 23:12

Puisqu’un article que j’ai écrit est publié en même temps, je ne vais pas trop m’étendre.

Néanmoins je voudrais intervenir sur les données relatives au Pétrole.

Il est reconnu que celles-ci sont d’une part mal connues, d’autres part manipulées pour des questions politiques et commerciales.

Ainsi l’affirmation suivant laquelle le pétrole vénézuélien a atteint son pic de Hubbert ne me parait pas juste. Quand on est dans ce cas, cela apparait lorsque l’augmentation du nombre de puits n’augmente pas la production.

Ce qui fait stagner la production pétrolière du Venezuela c’est plutôt le manque d’investissements, d’entretien …. 

Par contre il est assez clair que c’est le cas de l’Arabie saoudite. Sa production semble être stagnante à environ 10 millions de barils par jour.

Pour palier à un éventuel embargo total sur les pétroles iraniens et vénézuélien, soit de 2 à 3 millions de barils par jour, il est demandé à l’Arabie saoudite de produire ce surplus. C’est un % trop élevé et l’Arabie saoudite ne le peut pas. C’est ce problème qui fait monter le prix du baril qui anticipe toujours les tendances de la production.

Quant au pétrole de schiste, il est contenu dans la roche mère, et il n’y a pas de ressources infinies. D’ailleurs on commence à avouer que les prévisions de production étaient trop optimistes.

Donc le monde, en particulier la Chine, a besoin des pétroles iraniens et vénézuélien. Les ventes de pétrole du Venezuela s’orientent déjà vers l’Asie…. 

La chose qu’il faut craindre est que si les USA constatent que leur embargo sur ces productions ne marchent pas, ils s’orientent vers des actions guerrières


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe