Claire Claire 3 mai 16:22

Assez d’hypocrisie. Comme tous les pays du monde, le Vénézuela a des alliés et des ennemis avec lesquels il doit composer. Mais pour justifier la situation catastrophique dans laquelle il se débat aujourd’hui, c’est trop facile d’accuser ses ennemis et d’ignorer l’impéritie des dirigeants chavistes qui par leur socialisme d’un autre âge n’ont pas permis à l’économie vénézuélienne de se développer sainement, la contraignant à trop dépendre du pétrole. Et cette situation traduit une fois encore l’échec du socialisme qui s’avère incapable de susciter la richesse et finit toujours par mener les peuples à la dictature. Car il ne fait aucun doute que, tout démocrates que se prétendent les chavistes, il n’a jamais été question pour eux de permettre au peuple vénézuélien de voter l’alternance politique. Jamais ils n’autoriseront le peuple à choisir une autre voie que celle du socialisme et tous ceux qui les défendent, y compris en Occident, le savent et approuvent tacitement ce travers détestable. La dictature était donc inscrite dans les “gènes” du chavisme. Et vu que les actuels dirigeants ne cèderont jamais le pouvoir autrement que par la force, il ne fait aucun doute que ce pays ne reprendra plus le chemin de la prospérité tant que les USA n’accepteront pas de faire leur devoir et de renverser par les armes cette détestable tyrannie marxiste.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe