Waspasien 7 mai 2019 16:45

Boff... le savoir ne sert à rien, mais...ce que j’en pense moi, c’est qu’il suffit de s’informer et de regarder autour de soi sans idées préconçues pour avoir un début de petite idée.

Je vois que tous les vivants, de l’herbe aux insectes en passant par les poissons et les mammifères dont nous faisons partie, naissent, deviennent mature, se reproduisent et meurent. Certains même ne vivent que quelques instants, juste le temps de la reproduction.

Tout ce monde déploie des trésors d’intelligence pour subsister au milieu d’une cours des miracles très dangereuse. Nous n’avons pas les mêmes intelligences, mais elles sont très efficaces chacune dans son propre type pour survivre.

Notre intelligence à nous, nous permet de compenser des déficits physiques... son collatéral est que cette faculté d’associer des idées et des concepts nous ouvre la porte d’un espace peut-être inutile mais ludique, à, moins que ceci ne fasse partie d’une capacité vitale à créer des nouveaux moyens de défense et de survie ?

Ces facultés nous laissent croire avec culot que nous sommes infiniment supérieurs à tout le reste du vivant et que le monde est fait pour nous...

Triste idée.

De 1920 à 1925, tout a été dit : une tripoté de prix Nobel ont découvert que notre matière humaine, mais aussi animale et minérale n’était en réalité que du vide rempli d’une sorte d’énergie. Ils disent aussi que le temps et l’espace n’existe pas...

C’est la physique quantique.

Deux mondes ; un macro-monde Newtonien et un micro-monde quantique, le second étant les briques du premier.

Difficile d’accepter ces idées quand on est installé dans notre vie et nos références ; difficile d’accepter que nous ne serions que des sortes d’ectoplasmes qui prennent physique le temps d’un accouplement pour se reproduire.

Tout est cohérent dans cette vie et nos sens fonctionnent sans contradictions...ou presque.

J’aime bien l’idée que deux Consciences s’ignorent, ne se voient pas ne se touchent pas et qu’une matérialisation est nécessaire pour appréhender et choisir l’autre... le temps d’une vie dans un espace auto-créé : notre monde.

Notre inconscient serait alors cette Conscience profonde initiale, notre Etre, tandis que notre partie consciente ne serait que l’interface machine entre la vie créée et le Conscient Etre.

C’est bien connu, notre partie consciente a peu de poids face à notre inconscient.

La mort serait alors l’abandon de la matérialisation ; mais peut-être la Conscience existerait toujours pour se reproduire de nouveau, peut-être sous une autre forme ?

Notre mort, ce sont les autres qui la vivent...

A moins que cette Conscience ne soit qu’une des Idées d’un dieu et qui s’éteint quand celui-ci ne pense plus à nous ?

...

Mais ce que j’en dis, moi...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe