Christian Labrune Christian Labrune 16 mai 13:51

Beaucoup aussi sont vulgaires, grossiers et agressifs, ce qui indique un déficit intellectuel entraînant une frustration qui transparaît leur communication.

=======================================
@Ilan Tavor

Je ne risque pas de vous contredire sur ce point !

Je reviens à ce que vous disiez hier à propos de la cécité des Européens. A ce propos, je viens d’apprendre quelque chose de positif (je rigole quand même en écrivant ça). Je ne sais quelle instance de L’UE serait en train de s’interroger sur les manuels palestiniens qui sont -mais il y a des années qu’on le sait ! des encouragements à la haine. Dans les pays civilisés, quand on veut s’endormir, on compte les moutons, animaux pacifiques. Pour enseigner l’arithmétique aux jeunes Palestiniens (j’ai vu quelques exemples) on leur fait compter les « martyrs », en associant au problème posé une petite photo d’un enterrement de « martyr » (le plus souvent un tueur de femmes et d’enfants) pour que la leçon entrer plus facilement dans les crânes.

Etant un ancien professeur de lettres, je proposerai à ces « pédagogues » palestiniens un petit exercice lexicologique tout aussi formateur : Qu’appelle-t-on une agression ? Sept cents missiles sont envoyés en 48 heures sur des villes peuplées de civils par de paisibles organisations basées à Gaza. Expliquer en quoi on peut dire que les Gazouis viennent d’être victimes d’une odieuse agression.

On commence à comprendre mieux ce qui se passe du côté du Golfe. Dans ses petits souliers, il y a peu, Khamenei expliquait que les Américains pas plus que les Iraniens n’avaient intérêt à se lancer dans un conflit. Tout allait donc forcément s’arranger. C’était aussi le discours de Zarif, génial faux-cul, petit copain de notre géniale Mogherini. Le discours du Salami, chef des Gardiens de la Révolution, grosse charcuterie belliqueuse rêvant encore de la guerre sainte et des conquêtes promises par feu Khomeiny, était évidemment à l’opposé de cet irénisme.

En fait, les Iraniens auraient, avant l’envoi de l’USS Lincoln, positionné des séries de leurs missiles en direction de Bassorah, la seconde ville de l’Irak, au Sudf, à l’embouchure de l’Euphrate. Contrôler Gaza, le Liban, la Syrie, et enfin l’Irak et le Yémen, c’est l’idéal d’un état expansionniste qui rêve, en imitant les méthodes du IIIe Reich allemand, de conquérir tout le Moyen-Orient.

Israël et l’Amérique, pas plus que les états menacés, ne peuvent évidemment l’entendre de cette oreille. Il suffit donc d’attendre paisiblement que l’Iran persévère dans sa tendance (ce qui est inévitable étant donné l’idéologie fanatique des cons qui en tirent les ficelles) pour lui tomber dessus avec toute la vigueur souhaitable.

Bref, la drôle de paix actuelle peut bien se prolonger un peu, mais je ne pense pas que les Américains puissent quitter la région avant l’effondrement définitif du régime des mollahs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe