Arogavox Arogavox 27 mai 2019 15:50

@Eric F
Faux. En matière électorale, qui refuse de cautionner ne saurait être réputé consentant !
 Mettons que demain 10% de vos compatriotes aient acquis un pouvoir absolu et vous proposent de voter à main levée pour ou contre la peine de mort. Iriez-vous interpréter toute non participation à ce vote comme un consentement ?  au vote à main-levée ?  à la peine de mort ?  à son refus ?
 Quel que soit vos convictions ou opinions concernant la peine de mort, le seul fait de participer au scrutin vous rendrait d’abord et avant complice et consentant de la technique particulière du vote à main levée ! Comment s’y opposer autrement qu’en refusant d’y participer ?
 
 
Nommer vote quelque chose qui n’est pas un vœu, libre, non contraint, ne serait qu’une supercherie, une tromperie et/ou une manipulation malhonnête. Tout vote ne peut donc que rester ontologiquement non obligatoire : ce qui veut dire que le non-vote doit être respecté et reconnu aussi digne que le vote !
  Ce qui manque de dignité et doit plutôt être amendé, c’est l’impossibilité d’exprimer officiellement, d’affiner l’expression et l’écoute officielle de composants significatifs de la volonté générale.
 Un gouvernement qui n’écoute et ne sait entendre que ce qu’il veut ne saurait être décrété démocratique !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe