pemile pemile 8 juin 2019 01:36

@Taverne « J’ignore de quelle expérience précise vous parlez »

La réalité de la réalité [Watzlawick, 1978, p.55]

Cette expérience du « rat superstitieux » consiste à libérer un rat de sa cage qui repose à l’extrémité d’une planche. A l’opposée de celle-ci se trouve un plateau pour aliments. Dix secondes après la libération du rat, des aliments sont lâchés dans le plateau. En très peu de temps l’esprit pratique du rat associe sa libération à l’approvisionnement en nourriture. Mais si le rat arrive au plateau en moins de dix secondes après sa libération, aucun aliment n’est déposé. Or, il ne lui faut que deux secondes pour aller de sa cage au bout de la planche. Contrairement à son inclination normale de se diriger directement vers le plateau, il lui faut donc attendre pour laisser les dix secondes s’écouler. Dans ces circonstances, le retard acquiert une signification inhabituelle. Quelle que soit l’activité du rat pendant ces huit secondes, elle devient à ses yeux, l’action nécessaire qui produit ou qui est récompensée par la délivrance de nourriture. Chaque rat adopte alors une attitude différente, celle qui lui semble être la meilleure pour ralentir sa démarche afin d’obtenir la nourriture. Certains se déplacent comme une écrevisse, d’autres font des pirouettes à droite ou à gauche, d’autres encore des petits sauts que le rat peut avoir faits par pur hasard au début. Mais fidèlement, ces gestes sont répétés autant de fois que l’expérience est recommencée. A chaque fois que le rat trouve des aliments sur le plateau, cela confirme sa conviction que cette conduite particulière est à l’origine de la délivrance de nourriture.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe