titi 11 juin 12:13

@Aimable



Le débarquement de Normandie joue en effet un rôle central dans la tentative occidentale de réécrire l’histoire de la seconde guerre mondiale, en faisant des anglo-américains les principaux, sinon les seuls, artisans de la défaite de l’Axe et de la « libération » de l’Europe.
Les soldats américains ne se sont pas tous comportés de façon exemplaire. 

Le plus souvent, c’était l’alcool qui était à l’origine des actes répréhensibles commis par les soldats envers la population. Mais aussi les sollicitations de ces soldats envers les femmes, qui dans certains cas étaient de véritables agressions sexuelles .
Pour les gens qui ont étudiés les archives, il est très difficile de quantifier ces exactions et ces crimes. Selon un historien criminologue qui a épluché les dossiers, plus de 3600 viols auraient été commis en France entre juin 1944 et juin 1945. 

Les enquêtes, souvent, n’ont pas abouti. Les femmes violées n’osaient pas toujours porter plainte pour éviter l’opprobe dans leurs villages. C’est la loi du silence qui s’imposait. 

Des élus normands ont fini par se plaindre de ces outrages, comme le maire de Valognes, dans la Manche, ou encore le maire du Havre.

 

L’armée américaine a réagi et fait passer les soldats coupables de crimes devant des tribunaux militaires. Certains ont été condamnés à mort et exécutés. 

La plupart de ces condamnés étaient noirs. Ce qui fait douter de la partialité de l’armée américaine dans ces affaires de criminalité. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe