Houp@ Houp@ 11 juin 17:24

Bonsoir,

« Dans la cuisine du Président, vous reprendrez bien une petite tasse de casse sociale ? »

Sacrée cuisine en effet !

Il s’agit là de l’abandon de nos fleurons à des intérêts supranationaux. Parler de traîtrise serait plus approprié il me semble.

En d’autres temps les responsables de ces forfaitures auraient été jugés et peut-être même passés par les armes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe