paulau 28 août 15:20

Le mensonge d’Etat s’invite dans le livret de Famille.
Alors que le projet d’ouvrir la PMA aux couples de lesbiennes n’a pas été encore voté, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a annoncé que l’acte de naissance mentionnerait les termes de « mère » et de « mère » pour désigner le couple, présumé avoir enfanté l’enfant.
Ainsi donc un enfant pourrait-il avoir deux mères.
Comme nous a prévenu Platon : "La perversion de la cité commence par la fraude des mots". Albert Camus a repris l’idée, dans cette phrase désormais répétée : « Mal nommer les choses ajoute à la misère du monde ».
En fait, le mensonge est intrinsèque à la filiation fictive qui s’ébauche avec la PMA pour toutes
Ceux qui jurent aujourd’hui que la GPA (gestation pour autrui) n’aura jamais lieu savent qu’ils peuvent dire n’importe quoi, dans ce monde où la vérité est faite pour être continument déformée, y compris par l’Etat lui-même.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe