Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 septembre 2019 20:24

@BERNARD

"Il passera par les urnes ou les armes. Il reste à souhaiter que la seconde option ne soit celle mise en application. Mais tous les voyants sont au rouge« 

Je suis complètement d’accord avec ça. Je crois que personne ne souhaite la violence d’une révolution. Je crois que même les gilets jaunes qu’on entend parfois scander : »Révolution, révolution...« préfèrent des solutions calmes et sans violences. Que veulent-ils exprimer ? Je crois que c’est la même chose que ce que toi ou moi nous exprimons. C’est le fait que nous sommes arrivés à un tel état de décomposition de la société qui se voit avec les multiples affaires, la corruption, toute la bande d’affairistes qui se font élire sans aucune conviction d’aucune sorte mais seulement pour gagner du fric , se placer... L’amoralité ou l’immoralité assumée d’un Khiroun ou d’une proche de Macron qui avoue »assumer de mentir pour défendre le président". Les gains énormes d’une toute petite minorité qui s’attaque à toutes les autres couches de la société depuis les plus malheureux sans abris jusqu’aux classes réputées aisées de la médecine, du droit, les médecins , les avocats, les huissiers, les notaires... mais aussi les ingénieurs... Chacun sent que cela ne peut plus durer, que cette société ne demande plus à être rafistolée mais qu’il faut un changement radical. Par ailleurs, la misère, l’injustice... poussent à la colère. Et tout le monde de se dire : ça va péter.
Alors, oui, à l’UPR nous pensons qu’il faut le Frexit et nous souhaitons sortir par l’article 50 après une élection qui nous mènerait à la présidence de la république. Mais, plus les choses avancent et plus il semble qu’une explosion sociale pourrait bien intervenir avant que l’UPR n’atteigne cet objectif. Mais, quoiqu’il arrive il faut rassembler ceux qui sont pour le frexit.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe