njama njama 20 septembre 2019 12:28

La fin de la police de proximité, des îlotiers qui connaissaient très bien la population des quartiers, c’était le coup de karcher de Sarkozy

Toulouse : quand Sarkozy fustigeait la prévention
Samedi, 12 Novembre, 2005 L’Humanité
Retour dans la Ville rose, là où, en février 2003, lors d’une sortie fameuse, l’actuel ministre de l’Intérieur était venu remettre en cause les missions préventives de la police de proximité.

« Votre rôle n’est pas de jouer au football avec les jeunes des quartiers, mais de vous mettre au travail. » Ce coup de gueule contre les policiers toulousains poussé un 3 février 2003 par Nicolas Sarkozy devant caméras et micros devait sonner le glas de la police de proximité. Des années de travail et des liens patiemment tissés avec les habitants dans des quartiers difficiles de la Ville rose ont ainsi été balancés d’un revers de main.

Peu de monde, à Toulouse, a oublié cette sortie du ministre de l’Intérieur. Ni les policiers ni les gens des quartiers. Il est fréquent ces derniers temps d’entendre du côté de la Reynerie, de Bagatelle ou de la Faourette des personnes, des mères, particulièrement, regretter la disparition des îlotiers et de policiers attentifs aux inquiétudes ou plaintes exprimées. « On connaissait des policiers, on savait à qui on pouvait s’adresser. »

Les missions fixées aux commissariats ont donc rapidement changé. Moins de proximité et de prévention pour plus d’opérations de contrôle, de police-secours, de chasse aux délits routiers. « On s’occupe plus du chiffre que du travail en profondeur, les gens nous font remarquer que l’on nous voit moins à l’écoute. Avec des plages horaires toujours plus étendues mais avec moins d’emplois, on tire sur la couenne et nous n’en pouvons plus », témoignaient déjà, il y a deux ans, des fonctionnaires de police du commissariat de Bagatelle (l’Humanité du 18 octobre 2003).

lire la suite : http://www.humanite.fr/node/338432


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe