Sparker Sparker 23 septembre 2019 22:48

@Gasty

Bah ce n’est pas parce que nous sommes omnivores que nous devons manger obligatoirement de tout.
Les cultures vivrières bien organisées avec des moyens techniques modernes et la capacité de faire des réserves peuvent suffire. Retrouver aussi les végétaux que la nature produit d’elles même sans qu’on intervienne est possible aussi, une amie, décédée aujourd’hui à fait un recueil de toutes les plantes comestibles locale (où j’habite) et il y en a un paquet, largement oubliées aujourd’hui alors qu’elle font des plats savoureux.
Certes, si cultiver et cueillir n’était plus possible, alors peut-être que manger des animaux serait nécessaire mais nous n’en sommes pas là et si le climat venait à ne plus permettre de produire je ne sais pas ce que vos animaux d’élevage pourraient manger.
L’histoire de la B12 est bien ambiguë, je suis végétarien quasiment végétalien depuis 34 ans et j’ai pratiqué des métiers physiques, je suis aussi musicien et maintenant je fais un travail intellectuel sur informatique je n’ai jamais ressenti un quelconque manque ou faiblesse, en revanche je consomme des algues en complément alimentaire dont je ne pourrais me passer en regard de leur puissance énergétique (spiruline, lithothamne etc...) , là il y a vraiment matière à chercher car c’est vraiment efficace. Mais il est sur que ça n’a pas le même impact psycho-psychique qu’une entrecôte de 500 grammes qui nourrit peu, énergétiquement parlant, en définitive.
Le végétalisme permet aussi de se libérer (faut un peu de temps quand même) de la dépendance à la bouffe et permet de retrouver la satiété qui permet un allégement des plus efficace du système digestif, qui comme on le sait de nos jours est notre cerveau secondaire et donc participe de notre bien être mental et rectal.

C’est un tout autre rapport à l’alimentation qu’un carniste ne peut pas connaître, mais ça fonctionne, j’en suis le premier grandement étonné et je vous garanti que je ne reviendrais pas en arrière pour rien au monde.
Beaucoup de grands sportifs et d’intellectuels de haut vol sont végétarien au moins et ce n’est pas forcément par éthique mais par ce que c’est beaucoup plus léger à vivre et moins dégradant pour le corps, le cerveau et l’esprit.

Selon ce qu’on lit il est dit que la viande ne nous est profitable qu’à une petite vingtaine de pourcent et qu’on en crame une bonne partie pour éliminer les 80% qui reste, demandez à votre colon ce qu’il en pense...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe