Bertrand Loubard 2 octobre 2019 17:55

@foufouille
Merci pour le commentaire dont je ne suis pas certain de bien saisir le sens. Dans le drame rwandais, les « responsabilités », on peut en trouver à tous les niveaux, dans tous les groupes et dans chacune des personnes qui ont participé, ont refusé d’intervenir ou qui se sont retrouvées impuissantes à s’interposer .... Mais les analyses qui se font, par après, tentent, pour beaucoup, comme celle de Titi Palé, à faire entrer dans un carcan, un scénario, une structure logique de jeux de rôle, les tensions dramatiques difficilement dicibles de l’ensemble de cette tragédie, comme dans « Macbeth », comme dans le « Roi Christophe », avec les contraintes inhérentes aux récits adoptés. Il y a eu des romans, des films et même des pièces de théâtre qui ont été montrés pour résumer en deux ou trois heures une tragédie à la dimension de l’humanité. Mais il y a aussi une intention politique dans toute œuvre artistique. Pourrait-il également y avoir une orientation tactique dans l’étude universitaire de Titi Palé ? .... Ce pourrait-il être dans le sous-entendu ou par la structure même du travail de Titi Palé qu’il faille espérer qu’une « suite » lui soit donnée ? Une suite, un doctorat, qui satisfasse l’attente d’un très grand nombre d’observateurs totalement insatisfaits de ce qui s’édite actuellement sur le drame rwandais.
Bien à vous.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe