sls0 sls0 12 novembre 16:56

@foufouille
J’ai commencé par un arc à poulie, sa grande vitesse et son tir tendu pour le parcour chasse sans viseur et à distance variable est un plus.
Je m’entrainait sur les touffes d’herbe tout les jours en allant promener mon chien. Pointe judos et chien je ne perdais pas de flèche malgré une puissance de 65lb.
De 15 à 90m je n’étais pas trop mauvais mais en instinctif je pouvais faire mieux.
Avec un Lecaille à moins de 10km de chez moi j’avais peut être un des meilleurs instructeurs de France pour le tir instinctif, lui un départ de deux lièvres ne lui faisait pas peur. Un départ de faisan lui laissait le temps de passer à une flèche à gros empenage et de l’avoir. Il m’a dit que c’était le confort de la réduction de traction des poulies qui m’empéchait de progresser.
Effectivement au recurve j’ai gagné en vitesse de tir. Après 3 mois d’attente j’ai eu une Rolls avec un de ses arcs.
A l’époque quand on avait un de ses arcs c’est qu’on l’avait mérité. Son parcours c’était cibles mouvantes, fixes à différentes distances avec des sapins qui obligeaient le tir à moins de 1m50, des cibles en osier en vol et gare si on avait pas le flèche à gros empenage pour le tir.
Le top pour l’entrainement pour la chasse mais un père et un grand-père braconniers m’avait écoeuré du gout du gibier.
60 ou 80lb pour le recurve.
65lb pour l’arc à poulie.
160lb pour l’arbatète.
En distance dangereuse c’était à poulie suivi du recurve et bien derrière l’arbalète.
A sortir les flèche de la cible au dessus de 50m c’était le recurve le plus difficile.
Equipé en pointe de chasse après 30m les arcs étaient plus précis, c’est normal, la flèche est plus longue et plus lourde.
En chasse le recurve sans hésitation, pour du lapin ou du lièvre de la pointe judo sinon on retrouve plus la flèche sans détecteur de métaux elle est sous terre.
En 80« j’ai vu un doublé avec une flèche au sanglier et il a fallu chercher la flèche.
C’est la sortie du film Rambo 2 qui m’a fait abandonner un peu l’arc à poulie, ce que ça me gonflait les » eh mais c’est l’arc de Rambo".
Une blessure au poignée m’a fait basculer sur les armes à feu.
C’est autre chose, moins zen mais plus technique.
J’avais certainement le seul garand équipé d’un canon match pour faire des tests de vibrations et même de modérateurs de son, réducteurs de recul. Avoir le confort et la précision vaste programme mais c’est une autre histoire. Je passais autant de temps à recharger et modifier qu’au stand.
Au stand sur la table de tir, vélocimètre, sonomètre, analyseur à transformées de Fourrier, capteurs de vibration, ordinateur et écran pour visionner les impacts. Pas franchement le tir chasse.
Admistrativement c’en faisait des contrôles par le banc d’épreuve de Saint Etienne.
Ne pas avoir de télé ça laisse 1200h par an à faire des choses intéressantes.

@ Cyrus.
Pour avoir une létalité équivalente à un arc il faut une arbatète presque deux fois plus puissante. Un armement par levier comme sur les arbalètes chinoises de l’époque ça ne devait pas transpercer beaucoup de protections, ça atteint l’équivalent d’un arc décathlon premier prix. Pour les lapins de Foufouille ça ira.

Nota : quand j’étais mioche on trouvait des mats de papegeai dans un village sur dix par chez moi.
Il y en avait un à 400m de chez moi, c’était plus courant que la pétanque.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Papegai


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe