Bec à foin Andy Capp 12 novembre 2019 16:45

En Avril, le diocèse de Lyon était en effervescence. L’évêque de Pontoise, Stanislas Lalanne, chargé de la question de ala pédophilie des prêtres pour l’Eglise de France, avait déclaré qu’il ne "saurait pas dire" si c’est un péché. Ce à quoi l’évêque d’Autun, Benoît Rivière, avait répondu sur France Bleu Bourgogne : "Pour moi, le mot péché est presque trop faible". Presque, donc.

Mais d’autres prêtres étaient moins mal à l’aise que ces deux là et plaisantaient. Deux d’entre eux interrogés par des journalistes en marge de la réunion organisée avec 220 prêtres par le cardinal Barbarin avaient répondu devant la caméra de l’AFP :

"Ma position ? Je n’ai pas violé beaucoup d’enfants ; je suis assez clean à ce sujet-là. Heureusement, parce que vous auriez pu en faire partie, comme vous êtes très jeunes les uns et autres". Georges Favre, prêtre retraité.

"A l’époque, ils (les victimes,) disaient être les chouchous du père Preynat (mis en examen pour des agressions sexuelles sur des scouts lyonnais il y a plus de 25 ans), ils en étaient fiers. Alors est-ce que ces gamins étaient très normaux ? Être fier quand on se fait peloter, ça me paraît curieux…" Jean Lacombe, prêtre à Villeurbanne.

Barbarin avait demandé aux prêtres concernés de présenter leurs excuses.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe