HELIOS HELIOS 20 novembre 2019 20:44

@phan

... la Bolivie ? rien a voir avec tout cela !
Ce qu’il se passe, c’est qu’avec un taux de croissance de quasi 4% le pays est passé du statut de pays pauvre a un statut de pays en croissance.

El là, la classe la plus performante, (évidement pas ceux qui au fin fond des Andes ne sont là que pour survivre d’aides plus ou moins sociales), veulent tirer parti de leur boulot.
Or Evo Morales, en bon socialiste (peu importe le mot) veut continuer a serre le cou de ceux qui reussissent sans lacher un brin d’avantage... et évidement, ils le lui font payer.

L’autre point majeur, que vous ne citez pas... et j’insiste c’est exactement comme nous, en France avec l’Euro... la Bolivie n’a pas de monnaie et seulement 15% de l’économie se fait en pesos... le reste en dollars.

Enfin, si vous rajoutez par dessus tout ça, le dogme, vous saisissez tout de suite le problème. Par exemple, et je parle de ce que je connais, E Morales ne veut pas vendre du gaz au Chili qui n’en a pas. La Bolivie interdit aussi la revente de son gaz a travers l’Argentine... et vous pensez que les voisins de la Bolivie vont lui faire des cadeaux ? Si en plus vous regardez la Bolivie exiger l’accès a la mer en réclamant a la court de La Haye (comme on demande a la maîtresse de punir son petit camarade) alors que des traités centenaires ont bien acté la position des frontières....

Tout cela fait que le changement se fait de plus en plus prégnant... dont acte !.. pas la peine de chercher des nazis partout, simplement les peuples veulent profiter de ce qu’ils construisent et le contrôle de l’état doit être compréhensif... vous le voyez en France, L’excès inverse pour les gilets jaunes.... mais un excès dans l’autre sens se paiera d’une façon ou d’une autre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe