sleeping-zombie 27 novembre 2019 11:12

@Eric F
Je comprends ton propos. Mais si ton panier absolu consiste à pouvoir manger, pouvoir dormir abrité et avoir accès aux soins élémentaires, tu passes de 10% de pauvres à 0% (arrondi).
Donc, la question que je me pose, elle est toute simple : la constitution de ce panier absolu sera-t-elle faite de manière objective ? ou serait-elle faite de manière à conserver ce « 10% » de pauvres, quitte à y rajouter des trucs comme « partir en vacances » ou « manger au restaurant 1 fois par mois » ?

Et quand bien même on aurait le beurre et l’argent du beurre en ayant à la fois 10% de pauvres et un panier dit « objectif et absolu », qu’est-ce qu’on fera dans 50 ans quand on sera à 0% de pauvres ?

  1. à ceux qui râlent, on répondra : « t’as pas de raison objective de râler »
  2. on changera le panier pour revenir aux 10%, et on fera semblant de considérer que le nouveau panier est, lui aussi, absolu ?
Pour ton exemple de l’onu, le panier est à 10€ par jour en France. Je le valide parce que ça correspond à peu près à mes dépenses quand je passe un mois complet en mode « métro-boulot-dodo ».
Ca fait 300€ par mois.
(données INSEE 2015)
Pour l’INSEE, il y a 2 seuils de pauvreté, le 60% du revenu médian, le plus large, celui qu’on utilise quand on veut se plaindre voulant faire que c’est la cata. Il est à un peu plus de 1000€. (on apprécie la différence) 9 millions de personnes concernées 14% de la population.
Le seuil à 50% existe aussi, correspondant à un revenu de 850€ environ, il ne concerne plus que 5 millions de personnes 8% de la population.
Jusqu’en 2010, l’insee communiquait aussi sur un seuil à 40%. Qui, s’il était encore utilisé, correspondrait à un revenu de 650€. Et concernerait 3-4% de la population. Et comme il ne concerne plus personne, on ne l’utilise plus.
Conclusion : quand il n’y a plus de pauvres, on en « recrée » en changeant la définition de ce qu’est la pauvreté.

Tu vois le problème lié à une notion de pauvreté « absolu » ? Si on utilisait la définition de l’ONU, on serait tout de suite à un truc qu’on arrondi à 0.

Alors, finalement, ce qu’on appelle la « pauvreté » en France, c’est une réalité économique ou un simple outil de communication ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe