Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 décembre 2019 12:18

@Jonas
« Conseil de déontologie journalistique et de médiation »
En Allemagne, pendant la guerre, il aurait été présidé par Goebbels. Nous sommes sous un régime totalitaire . Un petit peu de pub : un extrait du chapitre « un régime totalitaire et fascisant » de mon livre « Macron démission Révolution »

 "’il (le régime actuel) a bien toutes les caractéristiques du totalitarisme. Le pouvoir tente en effet de s’immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée en imposant à tous les citoyens l’adhésion à une idéologie. Ceux qui la contestent sont considérés comme des ennemis du régime. Le pouvoir impose en toute chose une vérité à tous les citoyens et il ne supporte aucun doute. Il ne tolère aucune critique. Ceux qui tiennent les manettes du pouvoir veulent contrôler la totalité de l’appareil étatique. Ils veulent disposer de l’ensemble des moyens de communication utilisés comme des instruments de propagande. Voilà bien les caractéristiques essentielles d’un régime totalitaire. Voyons si elles s’appliquent à ce que nous vivons en France.

Il n’y a plus de réels débats sur les chaînes de télévision. Si des invités de divers partis sont conviés à discuter dans une émission, en fait, ils ne peuvent discuter que de quelques nuances par rapport à une orientation érigée en dogme. Ainsi une discussion sur l’Union Européenne ne se tiendra qu’entre des défenseurs de l’Union Européenne. Chacun pourra amener ses nuances et expliquer quelle autre Europe il veut. Mais, alors que les français se sont prononcés majoritairement contre cette UE lors du référendum de 2005, personne ne sera invité pour expliquer qu’il faut sortir de l’UE. Le point de vue majoritaire des français est censuré. Il faut tout autant être contre le Brexit, contre Poutine, contre Trump, contre Bachar El-Assad… Il faut approuver toutes les actions guerrières de l’état français contre l’Afghanistan, contre l’Irak, contre la Lybie, contre la Syrie… Il faut être pour le pacte de Marrakech et pour le traité franco-allemand d’Aix La Chapelle. Il faut approuver le coup d’état anticonstitutionnel au Venezuela. Personne ne pourra défendre un point de vue qui n’est pas conforme au formatage imposé. Tous ces dogmes viennent directement de l’UE. Dans le classement de la liberté de la presse fait en 2019 par « Reporters sans frontières » la France apparaît en 32ème position derrière la Jamaïque (8ème), le Costa Rica (10ème), l’Uruguay (19ème), le Surinam (20ème), Samoa (22ème), la Namibie (23ème), le Cap-Vert (25ème), le Ghana (27ème), l’Afrique du Sud (31ème)…

Le 19 septembre 2019, le parlement européen a adopté une résolution sur : « l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe ». Ce texte impose une vision ahurissante de ce que fut la seconde guerre mondiale. Jusqu’à maintenant, nous pensions tous que les russes et les américains s’étaient alliés contre l’Allemagne nazie pour venir à bout d’Hitler. Il était admis que Roosevelt, Churchill et Staline s’étaient réunis pour cela à Téhéran et à Yalta puis que Truman, Churchill et Staline s’était réunis à Potsdam pour conclure un accord de sortie de guerre. Cette vision est maintenant interdite. Elle doit être remplacée par un dogme qui est une grossière falsification de l’histoire. Il faut maintenant considérer qu’il y a bien eu un accord entre deux grandes puissances mais, cet accord unissait les forces du mal (Allemagne et Russie) contre les forces du bien (Amérique...). Il s’agit de l’accord du 23 août 1939 connu sous divers noms : le pacte de non-agression, le pacte germano-soviétique ou le pacte Molotov-Ribbentrop.

Nous devons maintenant considérer que ce pacte donne le véritable sens de la deuxième guerre mondiale qui fut donc une guerre opposant d’un côté les forces des deux totalitarismes «  nazi » et « communiste » et de l’autre côté les forces du bien et de l’idéal de vertu représentées par l’Amérique.

Il faudra dorénavant considérer la faucille et le marteau comme des symboles du totalitarisme au même titre que la croix gammée et, bien entendu, tous ceux qui s’opposeront à cette version de l’histoire et à ses conséquences seront taxés de complotistes faisant preuve d’un anti-américanisme primaire et ils devront à ce titre être combattus. Tous les médias devront maintenant s’en tenir à ce dogme.

Patrick Cohen, chroniqueur sur France 5 de l’émission « C à vous », ne cesse d’invoquer un « sens de la responsabilité » pour demander que soient interdits d’antenne ceux qui dévient par rapport aux dogmes. Ils sont qualifiés de conspirationnistes, de complotistes voire même de terroristes. Il est ainsi impossible de faire état de vérités historiques dûment établies comme le fait que, Walter Hallstein, premier président de la CECA, ancêtre de l’UE, était un ancien nazi ou que Jean Monnet, qui œuvra à la mise en place de cette commission était financé par la CIA. Patrick Cohen fut ainsi amené à reprocher au journaliste Frédéric Taddeï d’inviter des « cerveaux malades ». Celui-ci, fut par la suite, remercié pour deux émissions qu’il animait : « Ce soir ou jamais » et « D’art d’art ». Faut-il penser que l’avis de Patrick Cohen a fini par s’imposer chez nombre de patrons des chaînes de télévision ?

Les chaînes de télévision semblent entièrement dédiées à Emmanuel Macron. Après l’énorme matraquage de l’élection présidentielle, elles ont fait la promotion de son « grand débat », avant d’entamer la précampagne puis sa campagne pour les européennes... On ne voit que lui à la télévision. Les instituts de sondage nous abreuvent sans cesse de sondages mirobolants en sa faveur… Staline, Mao, Franco ou Castro étaient-ils mis davantage en avant dans leur pays respectif ? C’est invraisemblable !

Les pensées déviantes par rapport aux dogmes du régime ne peuvent s’exprimer que sur les réseaux sociaux c’est-à-dire hors de la presse dominante. Cela rappelle que les écrits des opposants dans la Russie stalinienne circulaient de la main à la main. Ils formaient « le Samizdat » : mot russe signifiant « édité par soi-même ». Le Samizdat français se trouve aujourd’hui sur Agora Vox, les blogs de Médiapart…

Comme dans tout régime totalitaire, le pouvoir en France, veut museler toute opposition. Pour cela il bafoue les libertés. Nous touchons ainsi à une autre caractéristique de ce régime : il est fascisant. (...)"

Agora Vox est en danger.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe