njama njama 13 janvier 2020 13:16

On peut voir ce projet comme une nouvelle version de l’hôpital psychiatrique du Xix° siècle, loin de la ville dans une sorte de camp palliatif on y logera les fous, ceux et celles qui le deviennent malgré eux...

ou une nouvelle manière de répondre au vide thérapeutique

« ...c’est une prise en charge non médicamenteuse qui sera ici privilégiée... »

ça ne mange pas de pain c’est le cas de le dire car les quelques rares médicaments qui étaient prescrits pour Alzheimer sont tous désormais non remboursés pour cause d’inefficacité...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe