Emile Mourey Emile Mourey 7 février 21:45

@Antenor

Tout est possible. Vercingétorix a dû estimer, après l’arrivée des renforts romains (Brutus, Fabius et César) qu’il ne pourrait pas enfoncer la ligne de retranchement de la plaine. Le mont Rhéa ne devait être probablement défendu par les Romains que par une succession d’abattis. Il a dû penser pouvoir s’y ouvrir un passage. Les fouilles archéologiques semblent, en effet, indiquer que les Romains lui ont barré le passage en lui résistant sur des fronts successifs. Je me demande si Vercingétorix n’aurait pas mieux fait de s’attaquer à la montagne de Flavigny que César avait dégarnie de ses réserves, l’armée de secours ayant, par ailleurs, investi le camp K voisin. Point d’interrogation ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe