Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 8 février 09:59

Et oui le protectionnisme n’a pas attendu l’avènement du « monstreux populisme » pour se remettre en marche.

Il est la conséquence de la fin de l’énergie bon marché et du tassement de l’économie réelle qui en résulte. Cet évolution ne peut mécaniquement qu’entrainer le repliement vers des chaines d’approvisionnement moins mondialisés, plus régionale et locale. 

Sous cet angle, les évènements politiques, économiques et géopolitiques déroutants et surprenants de la décennie 2010 pour les esprits conventionnels sont en réalité des tentatives d’échappatoire ou d’adaptation de la part de ceux qui peuvent sentir à défaut de pouvoir entendre et de se faire entendre.

Ce qui exige moins de conformisme et de complexe de supériorité morale de la part de ceux qui pensent en terme d’horizon indépassable. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe