Eric F Eric F 9 février 16:02

On cherche toujours des « bonnes raisons » pour une récession (guerre commerciale, protectionnisme...), mais il y a surtout un phénomène d’essoufflement. La croissance chinoise qui tire le monde ne pouvait évidemment se poursuivre avec des taux à deux chiffres pendant des décennies, il va forcément y avoir une pause, car la croissance des moyens des « pays consommateurs » est plus faible que les capacités des « pays producteurs » (dont la consommation intérieure ne suffit pas).

En parlant de la Chine, le stress conjoncturel de l’épidémie semble tétaniser le pays, et cela pourrait être un déclencheur de baisses en cascade (la bourse a dépassé son point de gonflement de bulle, le coup de sifflet de la débandade pourrait être viral -au sens propre-). Il y aura aussi des impacts sur les déplacements (tourisme, croisières...), des ruptures de stocks (*), etc. 

Il existe également un stress environnemental, avec la « grande peur climatique » qui peut également tétaniser la consommation et faire couler des secteurs entiers (l’automobile par exemple, car l’électrique n’est pas généralisable avec des subventions pour le tiers de sa valeur ; le secteur aérien ; les biens de consommation jetables, etc.)

(*) A propos des ruptures de stock ou pénurie de livraisons en provenance de Chine, la « dépendance » envers la Chine est gravement préoccupante  (médicaments, électronique...), il faut absolument rapatrier

des productions stratégiques -demandons aux entreprises chinois de produire localement, comme ils l’avaient exigé de nos entreprises il y a 20 ans-. Ce n’est pas du protectionnisme mais du rééquilibrage élémentaire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe