Eric F Eric F 13 février 19:18

« Recevoir à l’Elysée, le patron de BlackRock, par exemple...
Si ce n’est pas de la trahison, c’est quoi ? »

Et même qu’il l’a décoré ! Mais ni la constitution ni la loi ne font interdiction aux gouvernants de recevoir des dirigeants financiers, ils vont même les rencontrer dans une station suisse huppée. En tout cas, le patron en question n’a pas obtenu que le système français de retraite comporte un « volet » de capitalisation, contrairement à la plupart des pays voisins.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe