Fergus Fergus 12 février 10:59

Bonjour, pemile

Je n’aurais pas employé ce mot, et l’auteur a raison d’en critiquer l’usage.

Je dis simplement que les animaux « mis en cause » — zut, là aussi, connotation négative  ne sont pas vilipendés pour ce qu’ils sont.

En fait, on devrait dire « le pangolin est le vecteur de la transmission à l’homme », mais cette phrase est moins immédiatement parlante, reconnaissons-le. 

En réalité, s’il y a des « coupables », ce sont les hommes qui, en Chine ou ailleurs, vendent sur les marchés des viandes d’animaux sauvages non contrôlées au plan sanitaire et ceux qui ferment les yeux sur ces pratiques très largement illégales.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe