eric 13 février 11:24

@nemo3637

Que dalle ! Vous commencez par « il désigne à l’époque Romaine, ceux qui ne possèdent que leurs enfants » 
Plus personne n’en parlait avant les marxistes. C’est un concept de marxiste. Comme tous les autres que vous évoquez. Elevés à une époque ou l’histoire grecquo romaine était la base de l’enseignement, ils savaient de quoi ils parlaient.
La fausse conscience des petits bourgeois « progressistes » ( entre guillemet car leur réalité et leur finalité sont le conservatisme) reste la même. Du reste, posséder ses enfants, c’est bien une idée à la Karl Marx, bine 19 ème, qui oserait dire cela aujourd’hui...

Appartenir au prolétariat, dans ce sens, aujourd’hui, dans nos sociétés, est essentiellement un choix individuel.

Dans les déciles de revenus les pus bas, les différences de patrimoine sont très élevées. A revenu égal, il y a des gens qui ne « possèdent » même pas d’enfants, d’autre qui possèdent plusieurs logement.

Sans entrer dans les détails, par exemple, les migrants sont beaucoup plus propriétaires à revenus bas semblables. Ils n’ont pas le réflexe de compter sur les allocs et HLM, ils avaient l’habitude de la propriété au pays, ils n’aiment pas dépenser un loyer « pour rien » chaque mois, et en général, ils achètent ici et au pays.
Jacques Marseille en parlait très bien. Il y a des stats, notamment sur les marocains, grâce aux statistiques marocaines.

Les classes laborieuses votantes aujourd’hui, en France sont divisée en 2 parties. Ceux qui ne votent pas car ils n’ont jamais voté. La caractéristique historique du vote ouvrier était l’abstention massive. Les seules exceptions étaient les ouvriers de l’administrations et des quelques grandes boites plus ou moins nationalisées.
C’est pour cela qu’il y a toujours une une corrélation catastrophique entre nombre d’ouvriers dans une région et vote communiste. En réalité, le phénomène est plutôt renforcé par le fait que parmi les plus modestes, il y a les migrants, qui n’ont pas toujours le droit de vote.
Ceux qui se sont mis à voter, en même temps que leur niveau montait. A 80% d’une classe d’âge au bac ; cela veut dire que les 20% restant, font mieux ( enseignement technique) ou sont gosses de migrant ou quart monde, et cela ne fait pas beaucoup de monde. pour faire très vite).

Ce que « l’avant garde du prolétariat » appelait prolétariat, c’est à dire les gens qu’ils ressentent comme en dessous d’eux sociologiquement, se porte mieux que jamais, a une niveau de formation suffisant pour tout comprendre, vote Le Pen et portait des gilets jaune avant que les petits bourgeois marxistes viennent bruler les abribus. Ses luttes font vraiment peur aux progressistes marconistes qui ont lâché du fric pour tous le monde dans la panique, là ou les petits bourgeois de gauche manifestent en dans le vide, parce que tous le monde sait qu’à la fin, ce pouvoir qui est proche d’eux, leur permettra de continuer leur racket sur le reste de la société.

Nous savons tous déjà que nos retraites seront baissée, mais qu’en plus, nous payerons plus pour les profs, les cheminots, etc...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe