Emile Mourey Emile Mourey 15 février 14:56

@Antenor
 
Je ne sais pas. Je crois que le plus remarquable dans cette affaire est la décision que César a prise de ne pas lancer la cavalerie germaine pour défendre son camp logistique K mais de la lancer dans le dos de Vercassivellaunos. César tout seul ? César bien conseillé par Labiénus ? Tous deux bien renseignés sur l’évolution de la situation par des estafettes ? Côté Gaulois, le fait que les Romains de Bussy étaient à la dernière extrémité justifie la justesse de leur manoeuvre et le courage des combattants.

Certes, face à une armée de métier, nous avons là une armée populaire mais probablement pas assez armés. Avouez que monter à l’assaut avec seulement des pierres pour certains, il faut le faire.

Et pourtant, les Gaulois de Vercassivellaunos auraient très bien pu enfoncer les retranchements romains de Bussy, libérant ainsi Vercingétorix.

Mais la déesse Fortune ne l’a pas voulu.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe