njama njama 13 février 18:03

@Mélusine ou la Robe de Saphir.
« Ne nous laissez point succomber au diagnostic, mais délivrez-nous des maux de la santé. » Ivan Illich

A lire ou relire ici sur Avox : De la médicalisation de la société par Marc Vercoutère 5 janvier 2013

[...] En 1974 déjà, Yvan Illitch reconnaissait dans la Némésis médicale que depuis une dizaine d’années, la médecine rendait malades plus de gens qu’elle n’en guérit. Elle est devenue, de toutes les industries, la plus gaspilleuse, polluante et pathogène pour des populations de plus en plus maladives, masquant les causes profondes de leurs maladies, qui sont sociales, économiques, culturelles et environnementales. Sociologue éclairé, Illitch avançait même qu’à partir d’une certain niveau économique le niveau de santé serait inversement proportionnel au budget de la santé… Selon lui, « les effets pathogènes de la médecine sont, de toutes les épidémies, l’une de celles qui se propagent le plus vite. Les maladies provoquées par les médecins constituent une cause d’aggravation de la morbidité plus importante que les accidents de la circulation ou les activités liées à la guerre. »

L’envahissement médico-pharmaceutique, la médicalisation de la santé, de la maladie, de la grossesse, de la naissance, de la sexualité et de la mort, ont détruit, chez les individus, jusqu’aux fondements ultimes de la santé ; la capacité d’assumer leur condition et de faire face, par eux-mêmes, aux événements et aux épreuves de leur existence biologique.

Pourtant dans la majorité des cas, les malades guérissent (ou peuvent guérir) sans intervention thérapeutique. S’ils peuvent sauver, force est de constater que 60 % des médicaments et 80 à 90 % des antibiotiques sont administrés à tort. Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si lors de la grève (qui dura un mois) des hôpitaux israéliens, le taux de mortalité de la population fut plus faible qu’à aucun autre moment. Seules les urgences étaient acceptées, ce qui fit baisser de 85 % le nombre habituel des admissions. Cette même baisse de 85 % fut enregistrée lors de la grève des hôpitaux new-yorkais. Tout se passe comme si la population se portait mieux lorsque les soins médicaux sont limités aux urgences.

[...]
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-la-medicalisation-de-la-societe-128407


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe