Arogavox 14 février 19:45

 Bon, maintenant qu’on a toute la vie pour vérifier si les grandes bouches sont capables ou pas de casser un cryptage basique par XOR,

 on peut tenter de faire remarquer ceci :

 Si ce cryptage simplissime par une clé secrête de longueur infinie (ie aussi longue que le message à crypter) est effectivement imparable à peu de frais, alors il est tout à fait naturel que cela mette en émoi et que cela fasse peur aux spécialistes du chiffrement. 
 En effet, dans beaucoup d’endroits, le chiffrement est assimilé à une arme de guerre ; il ne faudrait pas que n’importe qui puisse, à peu de frais, avoir accès à l’arme absolue. C’est l’argument qui pourra être avancé pour essayer de dissuader les terroristes de fomenter leurs coups grâce à cette arme. 
 Cet argument a sans doute eu son efficacité jusqu’à un passé récent ; mais il a son revers aussi.

Dès lors que le secret de polichinelle est éventé, que se passe-t-il ?

 Seuls les militaires ou ’forces de l’Ordre’, et les ’terroristes’ s’intéressent à l’arme absolue et en disposent ! 
  Cela pourrait être jouable pour « la plèbe » lorsque les deux premières catégories sont perçues, et sont effectivement, en phase avec le vrai concept démocratique ...
 mais, même dans ce cas, cela suffirait-il à justifier que cette ’plèbe’ doivent s’interdire des utilisations potentiellement directement positives pour elle-même d’une technique qui, comme toutes les autres, a fatalement son revers ?
Pourquoi privilégier les terroistes dans l’utilisation de cette technique ?

  Par ailleurs, certes, si la seule façon de casser ce codage passe par la « force brute », on comprend bien le soucis de nos « garants de l’Odre » dont les moyens seront noyés par la profusion galoppante de messages à casser ...

Mais, inversement, ces zélites peuvent aussi envisager d’en tirer parti lorsqu’à leur tour elles pourront noyer leurs propres messages secrets parmi les commérages insignifiants cryptés par de fausse bonnes ménagères innofensives ...

 Le sercet est à double tranchant mais un peuple peut-il détenir le pouvoir s’il délègue les deux tranchants à un même sous-ensemble, quand bien-même il s’auto-proclame élite ?

 
 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe