Pascal L 22 février 19:47

« Ce sont Ibn Ishâq et Ibn Hishâm qui se sont inspirés de Tabari en y corrigeant ce qui leur semblait irréaliste et non le contraire »->
Ibn Ishâq : 704  767

Ibn Hichâm : ?  834

Al-Tabarî : 839  923

Les deux auteurs de la Sirâ étaient bien morts avant la naissance d’Al-Tabarî... Nous nageons dans l’uchronie dystopique !

De toutes façons, s’il y a un point où tous les historiens sont d’accord aujourd’hui, c’est qu’il n’est pas possible d’apporter la moindre vraisemblance à la Sirâh. Déjà, le fait qu’elle ne contiennent aucun élément pour permettre l’oralité, l’apprentissage par cœur du texte alors qu’il a été rédigé 150 après les événements décrits laisse supposer que ce texte à bien été rédigé la première fois par ces auteurs sur la base de légendes. De toutes façons, il n’est pas possible que la Mecque ait pu exister avant le 8ème siècle, Muḥammad a été totalement oublié pendant 50 ans après sa mort et il ne s’est jamais appelé Muḥammad. Les textes de l’époque (ils sont tous non musulmans) parlent d’un mḥmt (peut-être Maḥmet) et non de mḥmd qui correspondrait à l’écriture de Muḥammad. Mais il fallait qu’il s’appelle Muḥammad à l’époque du calife ʿAbd Al-Malik car mḥmd signifiait « le loué » ou mieux « le désiré » selon la racine syro-araméenne. Le Désiré, cela ne pouvait être que Jésus dans la prédication eschatologique de mḥmt. Ainsi Muḥammad pouvait remplacer Jésus dans la nouvelle religion purement arabe souhaitée par le calife.

Faites au moins l’effort de lire les historiens contemporains. Lisez par exemple « Le Coran des historiens » qui vient de sortir et vous saurez où en est la recherche historique sur les débuts de l’islam. Des dizaines de livres et d’études sont sortis sur ce sujet ces dernières années. Beaucoup de progrès ont été réalisés depuis le début de ce siècle.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe