LE LION ET LE MOUCHERON 

Va-t-en, chétif Insecte, excrément de la terre. (1)
 C’est en ces mots que le Lion
 Parlait un jour au Moucheron.
 L’autre lui déclara la guerre.
Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de Roi
 Me fasse peur ni me soucie (2) ?
 Un Bœuf est plus puissant que toi,
 Je le mène à ma fantaisie.
 À peine il achevait ces mots
 Que lui-même il sonna la charge,
 Fut le Trompette et le Héros.
 Dans l’abord (3) il se met au large,
 Puis prend son temps (4), fond sur le cou
 Du Lion, qu’il rend presque fou.
Le Quadrupède écume, et son œil étincelle ;
Il rugit, on se cache, on tremble à l’environ ;
 Et cette alarme universelle
 Est l’ouvrage d’un Moucheron.
Un avorton de Mouche en cent lieux le harcelle,
Tantôt pique l’échine, et tantôt le museau,
 Tantôt entre au fond du naseau.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe