Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 3 avril 10:20

@leypanou

Mais Samuel Peterschmitt, pasteur de la Porte Ouverte Chrétienne, lui-même atteint par le COVID-19, rappelle que l’église est plutôt « le seuil d’alerte ».

« C’est nous qui avons donné l’alerte et fait les premiers dépistages. Ce sont les membres de la Porte Ouverte qui ont été les premiers dépistés. Mais il est clair qu’ils n’étaient pas les premiers malades. Seulement les premiers détectés. D’où le fait que nous avons la conviction que nous ne sommes pas le point de départ, mais le seuil d’alerte. »

Il précise que « des patients très suspects du COVID-19 étaient déjà infectés à la fin du mois de janvier et au début du mois de février ».

« C’est établi aujourd’hui de plus en plus clairement, que des patients très suspects du COVID-19 étaient déjà infectés à la fin du mois de janvier et au début du mois de février. À l’appui, il y a l’observation d’une recrudescence de syndromes grippaux. Et à cette période, ces symptômes n’étaient pas perçus comme le COVID-19, mais aujourd’hui, il y a des signes évocateurs, qui étaient déjà signalés, comme la perte de l’odorat et du goût notamment. Et ces malades victimes de la contagion, étaient sans lien, ni entre eux, et sans lien avec l’église de la Porte Ouverte. »

Liliane Held-Khawam est économiste. Elle vient de publier sur son blog le témoignage d’un habitant de Colmar. Elle précise qu’il a été « testé positif au COVID-19 en décembre 2019 ». Ce malade, le « médecin qui a géré le dossier » et « le virologue qui a fait faire le test » restent anonymes pour le moment.

https://www.infochretienne.com/double-peine-pour-la-porte-ouverte-chretienne-de-mulhouse/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe