William 7 avril 2020 11:23

@Bertrand Loubard
Il y a effectivement des « effets retard » d’une quasi-mise à l’arrêt d’un pays,la question est pour l’instant cachée sous le tapis.
Pendant le confinement, les maladies chroniques ou de faible intensité sont laissées au second plan, cela n’est pas dramatique pendant trois ou quatre semaines, mais cela s’aggravera en cas de prolongation (il y a un concours Lépine médico-politique sur les bonnes raisons de prolonger toujours plus).
Idem pour ce qui est de l’économie, au delà d’un mois d’absence de chiffre d’affaire, de nombreuses entreprises vont couler, les promesses de prêts bancaire n’y changeront rien si elles ne sont pas solvables pour les rembourser, donc chômage de masse (on a vu des millions de chômeurs aux USA qui n’ont pas d’amortisseurs sociaux), marasme, pénuries, dégradation sanitaire, etc. que vous mentionnez.
Surtout que le confinement ne sert qu’à retarder l’épidémie, non pas à la résorber, en absence de traitement curatif. Donc les contaminations économisés aujourd’hui sont reportés à demain.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe