Le Panda Le Panda 10 avril 2020 17:42

Bonjour eau-du-robinet

Dommage que les vidéos soient trop longues pour certains. J’ai regardé ton article et écoutez voilà peut une des causes. Je pose un point d’interrogation ? Mais peu de presse en parle en dehors du Parisien et de Marianne pourquoi ? Durant ce temps mes articles qui parlent justement de cela dorment en modération pourquoi ? CQFD.

Comble ou hasard au sein même des deux conseils scientifiques qui épaulent le gouvernement dans ses choix face à l’épidémie, plusieurs de ses membres ont des liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique et ont reçu des dizaines de milliers d’euros de la part de grands laboratoires. Les lobbies pharmaceutiques vont jouer un grand rôle, aux côtés des gouvernements, dans la lutte contre la pandémie de coronavirus Covid-19 qui se joue actuellement. Selon les informations, plusieurs membres des deux conseils scientifiques sur lesquels le gouvernement se repose dans sa prise de décision auraient des liens d’intérêts importants avec des laboratoires. L’un d’eux s’est vu verser plus de 250 000 euros entre 2014 et 2019, selon les chiffres de la base publique Transparence santé. Et rien qu’en 2018, « Big Pharma » a déboursé 1,36 milliard d’euros aux professionnels de santé, selon une enquête de la presse régionale parue en janvier dernier.

450 000 euros d’avantages versés aux membres des conseils scientifiques

Ces relations n’empêchent pas l’indépendance, elle est toutefois plus que sérieusement remise en question. Une étude universitaire publiée en novembre 2019 montre même que les médecins liés aux industriels du secteur prescrivent plus de médicaments que les autres, fait ressortir l’hebdomadaire Marianne. En tout, entre les repas, hébergements à l’hôtel, frais de transport et honoraires, les laboratoires ont déboursé pas moins de 450 000 euros, à destination de neuf experts du conseil scientifique et du Comité analyse, recherche et expertise (Care), qui accompagnent l’exécutif. L’infectiologue Yazdan Yazdanpanah, membre du Care et expert auprès de l’OMS, a bénéficié de Quatre-vingt-seize mille euros d’avantages en cinq ans. « Depuis 2017, j’ai arrêté mes liens avec les laboratoires », assure-t-il pourtant auprès de la presse. Je ne pense pas une seconde que ton article soit axé, mais cela explique t-il le départ de Raoult du Conseil Scientifique ?

Le Panda


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe