velosolex velosolex 9 mai 2020 19:13

@velosolex
extrait, présentation 
« Ethiopie, 1975 : c’est le chaos. Un pays exsangue se rebelle et détrône son empereur.. Addis-Abeba, Ryszard Kapuscinski vient exhumer un monde balayé par les mitrailleuses ; déjouant la vigilance des patrouilles, arpentant des ruelles sinueuses à la tombée de la nuit, il cherche à comprendre : qui était le Négus, le Roi des rois - Hailé Sélassié, dernier empereur d’Ethiopie ? Un despote sanguinaire ? Une figure paternelle adulée par son peuple ? Un vieillard-enfant débordé par son armée ? Au fil des témoignages bruts et fascinants recueillis par le reporter, apparaît un monde insoupçonné : un monde sans justice où la délation et le pot-de-vin sont des vertus cardinales ; un monde fou où l’on régale les diplomates étrangers en laissant le peuple mourir de faim ; un monde violent où un simple mot vous fait déchoir des salons aux oubliettes. Portrait saisissant du Négus, ce livre démonte le fonctionnement d’un régime arbitraire, absurde, démesuré -jusqu’à sa chute. »
Kapu, comme on l’appelait était un journaliste Polonais au ton particulier, lié à ses origines, son histoire, et à ses introductions, surtout dans les pays du tiers monde, ou son appartenance à l’ex groupe des pays socialistes le servait. . « Ebène » a eu le prix Femina. Le négus est un de ces escrocs, qui a réussi à donner une image positive de sa personne aux occidentaux, en manipulant habilement, comme l’a réussi pendant longtemps aussi Caucescu. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe