velosolex velosolex 10 mai 2020 17:34

@gaijin
Je ne vois pas trop pourquoi il faudrait sauver un des ces monstres, Mussolini ou le Négus, et pour quel raison on ne pourrais pas critiquer un écrivain comme De Monfred, ou 
. Il est vrai que le jour où j’ai connu le coté sombre de Céline, et certains de ses écrits, ça a gâché quelque peu mon enthousiasme pour « le voyage au bout de la nuit ». 
Malaparte, Jungers, Paul Morand, Drieu, il y un bon paquet d’écrivains pas très nets, attirés par le fascisme, impliqués à degré variable, entre les deux guerres, et après. Un point commun à ces écrivains, un gout de l’esthétisme tirant vers la grandiloquence, et le gout du raffinement. Voilà comment on arrive à taper dans le dos du duche, en se pinçant le nez. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe